Le phénomène ThinkerView ou le triomphe de…

Attirant des centaines de milliers d'internautes, ThinkerView se pose en "anti-chaîne info" et semble surtout répondre à un besoin inassouvi de comprendre la complexité du monde.
C'est devenu une sorte de must de l'interview. Un endroit privilégié où l'on s'adresse à ceux qui ne regardent plus la télé. En témoigne le geste d'Edwy Plenel annonçant le 24 mai qu'il profite de son passage sur ThinkerView pour lancer une offre d'abonnement à Mediapart, avec un accès gratuit le week-end suivant son intervention en direct. Un signe marketing de l'intérêt porté à « la chaîne qui monte », comme l'a qualifiée l'ex-directeur de la rédaction du Monde. L'influence médiatique a dérivé vers le Web, et une chaîne YouTube peut connaître plus de retentissement que tout autre canal. Alain Juillet en fut sidéré après sa visite en 2018 dans le décor noir à la lumière soignée de ThinkerView. « J'ai été invité par l'intermédiaire d'amis qui travaillent dans l'intelligence économique et qui m'ont incité à accepter, confie cet ancien directeur du renseignement à la DGSE. En arrivant dans la cave faisant office de studio, je me suis demandé ce que je faisais là. Mais j'ai découvert un monde à l'impact effarant. J'avais déjà fait des passages télé, mais jamais connu ça. Des gens m'arrêtent depuis dans la rue parce qu'ils m'ont vu sur ThinkerView. »
Son interview, un panorama de la géopolitique mondiale, approche les 900 000 vues. Pour plus de deux heures de décryptage, ce que l'on ne voit nulle part ailleurs. Un livre atteste l'effet ThinkerView : Crépuscule, de Juan Branco. Best-seller de ce printemps, il est numéro un des ventes dès sa sortie. Ignoré par les médias mainstream, ce pamphlet contre la Macronie est paru une semaine après que son auteur s'est retrouvé dans le fauteuil de l'interviewé. « Il est impossible de mesurer l'impact sur les ventes mais l'effet amplificateur paraît évident », remarque Florent Massot, coéditeur de Crépuscule. Branco a rapidement accumulé plus de 1 million de vues, l'audience record de la chaîne, supérieure à celle de bon nombre de programmes de télévision. Mais dans ce format long qui parvient à captiver l'auditoire. « Thinker view, c'est l'antichaîne info », estime Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense, invité pour des entretiens où il explique comment la propagande fausse notre vision des conflits. Avec une liberté de ton rare.
« L'intervieweur pose des questions simples auxquelles on peut répondre de façon directe », résume l'analyste. ThinkerView, c'est d'abord cet intervieweur qui n'apparaît pas à l'écran et se fait appeler Sky. Il refuse de nous rencontrer et déclare quand on lui demande d'où il vient : « Tu ne vas rien savoir sur moi. » Pas même son identité. On découvrira toutefois qu'il est un fils de médecin, d'une quarantaine d'années, qui ne dément pas se prénommer Bertrand. La page Wikipédia de ThinkerView lui accole le nom de « Calinou », patronyme à l'imaginaire renvoyant à une culture revendiquée par Sky, celle des hackeurs.
Rejet du journalisme du "star system"
« Ce milieu écrit sous pseudo depuis que les journalistes de reflets.info ont été menacés de mort et convoqués à la DGSE pour avoir enquêté sur la surveillance numérique, rappelle Fabrice Epelboin, spécialiste du Web qui enseigne à Sciences-Po et publia sur Reflets. Je connais Bertrand depuis longtemps, mais, réflexe typique de hackeur pour ne pas mettre l'autre en danger, je ne veux pas savoir son nom. Il a raison de ne pas le divulguer, et ça s'inscrit dans son rejet en bloc du journalisme du star system. »
Ledit Bertrand « n'aime pas les journalistes ». Du moins ceux d'aujourd'hui, car il « regrette le temps où les gens prenaient le temps de se parler », comme dans « Italiques », l'émission de l'ORTF à laquelle participait Marc Ullmann. Ce journaliste, décédé en 2014, apparaît comme son mentor. Il l'a accueilli au Club des vigilants, un think tank créé en 1999 avec le but d'apprivoiser l'avenir en agissant pour le mieux afin d'éviter le pire. Là où Bertrand imagina ThinkerView, lancé en 2013 avec l'aide d'amis travaillant comme lui dans la sécurité informatique et le soutien de Marc Ullmann.
Le premier interviewé fut Jacques Blamont, pionnier de la recherche spatiale et auteur d'Introduction au siècle des menaces. Dans sa vidéo inaugurale, il parle d' « une humanité qui va dans le mur » alors que la technologie avance à une vitesse exponentielle inédite. « Le genre de considérations qui échappe totalement au public », soulignait cet octogénaire, répondant aux objectifs de ThinkerView : « Ecouter les points de vue peu médiatisés afin d'élargir nos prismes de lecture » et « appréhender toute la complexité des enjeux actuels et futurs de notre monde. »
« C'est une chaîne lanceuse d'alerte », considère Stéphanie Gibaud, qui a consacré un livre (la traque des lanceurs d'alerte, Max Milo Editions) aux poursuites dont sont victimes ceux qui ont déclenché l'alarme. Invitée à ThinkerView en juin 2017, elle appréciait déjà ce « média qui pousse à la réflexion en présentant des regards inhabituels. On y découvre la collapsologie, les dysfonctionnements de notre système économique, mais aussi des esquisses de solution pour le futur ». Depuis six ans, plus de 150 interviews ont été réalisées, avec dès la troisième, l'apparition d'un logo représentant un cygne noir. Une référence à la théorie selon laquelle un événement aussi rare qu'imprévisible peut avoir des conséquences colossales.
Lire aussiComment Internet a bouleversé la manière de se forger une culture politique
Comme à la recherche de ces tournants clés, ThinkerView accueille une large palette d'invités. Un banquier peut annoncer que « la réalité du risque est camouflée à tous les niveaux » d'un système financier où l'on joue déraisonnablement sur les effets de levier. Le ministre conseiller de l'ambassade de Russie se voit interroger sur l'usine à trolls qui s'activa depuis son pays à influencer des élections à l'étranger. Des experts en énergie nous informent sur la réalité du pétrole de schiste, et des hackeurs, sur la possibilité d'une cyberdictature. Un policier apporte son expérience dans la lutte contre le terrorisme, un ingénieur avertit de l'impasse écologique où nous mène le high-tech, un taxi dénonce le sacrifice de sa profession, un général explique pourquoi la guerre revient tandis qu'un illustre physicien livre un cours magistral sur le boson de Higgs. Autant d'intervenants qui font dire aux fidèles de la chaîne qu'elle relève du service public. « La diversité et la qualité des invités qui ont le temps de développer une pensée complexe me permettent de mieux saisir ce monde dans lequel on vit », note Jean-Philippe, un artisan de 52 ans.
Démarche de hackeur
On peut s'étonner que ThinkerView ait su attirer depuis ses débuts des personnalités qui vont de l'homme d'affaires libanais Michel Eléftériadès au professeur de l'université de Berkeley Peter Dale Scott, de l'activiste des mers Paul Watson au footballeur Lilian Thuram en passant par le philosophe Edgar Morin, le mathématicien Cédric Villani ou encore Marc Luyckx Ghisi, conseiller de Jacques Delors à la Commission européenne en charge de la prospective. « Bertrand a un gros carnet d'adresses et un culot qui lui permet de brancher n'importe qui », indique son ami Olivier Delamarche, analyste financier avec qui il a cofondé en 2014 Les Econoclastes, un think tank multidisciplinaire très porté sur la macroéconomie. Un des terrains de prédilection de ThinkerView qui a sollicité à maintes reprises des représentants de ces éconoclastes.
Mais, « la plupart du temps, les invités nous sont proposés par la communauté qui nous suit comme on regarderait une série, avec des gens qui interagissent entre eux, explique Bertrand, pour signifier l'importance de la connectivité avec un public partie prenante du programme grâce à Internet. On est partout, du livreur de pizza au banquier international, et des poissons pilotes sortent du banc pour dénicher des auteurs ou des personnalités intéressantes. » En établissant éventuellement le contact. Avec cette méthode, ThinkerView, forte de sa communauté et de son audience, arrive aujourd'hui à recevoir à peu près qui elle veut.
Tout a longtemps dépendu d'un engagement bénévole. Un précieux apport technique a été offert par Les Parasites, collectif de jeunes cinéastes qui réalisait les émissions et a aidé à concevoir ce décor graphique sur fond noir immédiatement reconnaissable. Il peut s'installer n'importe où, par exemple au ministère de Mounir Mahjoubi pour l'entretien de ce dernier. Les Parasites ont également permis d'obtenir en 2018 une subvention du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) de 50 000 €.
“LA QUALITÉ A UN COÛT, MAIS IL EST ESSENTIEL DE RESTER GRATUIT. C'EST LA DÉMARCHE DU HACKEUR QUI MET TOUT SUR LA TABLE ET LAISSE FAIRE CE QU'ON VEUT.” BERTRAND
« Sans cela on aurait arrêté, mais si la communauté arrive à nous faire tenir, on ne redemandera pas cette aide », signale Bertrand. Car un système de crowdfunding est utilisé depuis un an pour financer une équipe qui s'est professionnalisée. Et la communauté répond présente en apportant chaque mois de quoi payer les techniciens, le matériel, un studio, ainsi qu'un salaire pour Sky. En mai 20 000 € ont été récoltés grâce à plus de 2 000 donateurs. De quoi pérenniser un modèle économique où certains paient pour que chacun puisse en profiter. « La qualité a un coût, mais il est essentiel de rester gratuit, insiste Bertrand. C'est la démarche du hacker qui met tout sur la table et laisse faire ce qu'on veut. »
Soupçons de conspirationnisme
Depuis six mois, la presse se penche sur ce phénomène, avec des articles dans les Inrocks et sur Francetvinfo. A chaque fois, on cherche à percer ce mystère incarné par Sky, et on conclut sur un soupçon de conspirationnisme en s'appuyant sur Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, qui diagnostique chez ThinkerView « une culture complotico-compatible » ou un « tropisme procomplotiste ». Dans M, le magazine du Monde, un article a également été consacré à cette chaîne qui a connu une hausse significative de ses abonnées sur YouTube depuis le mouvement des « gilets jaunes ». « Il a été modifié dans la version Web après parution, relate Laureen Ortiz, son auteur, une journaliste qui a travaillé aux Etats-Unis pour Libération et l'AFP. Il a été ajouté que ThinkerView avait des relents conspirationnistes et que Les Econoclastes produisaient des analyses biaisées, sans dire en quoi. A mon sens, de l'idéologie est venue se mêler à l'affaire, alors que je me borne au terrain et me fie à mon instinct. Or, j'ai surtout senti chez Sky une sorte de résistance à l'esprit libre, voire anar. »
Découvrant le relookage conspi de son article, Laureen a publié un commentaire toujours en ligne indiquant que des ajouts avaient été effectués sans son accord, et elle a réclamé que sa signature soit retirée. Cette suspicion de conspirationnisme repose sur le reproche fait à ThinkerView d'avoir invité une poignée d'individus catalogués dans une indéfinie mouvance complotiste, comme le sulfureux panafricaniste Kemi Seba ou le journaliste Laurent Obertone qui a publié des enquêtes sur la délinquance et l'immigration dont Marine Le Pen a fait la promotion.
« Ils représentent des courants de pensée très importants dans la société, objecte Fabrice Epelboin. Même s'ils peuvent mettre mal à l'aise, ne pas leur donner la parole ne fait qu'accroître leur crédit en laissant monter le sentiment qu'il y a des choses à cacher. » « Appréhender la réalité, c'est la regarder intégralement, même quand ça dérange votre idéologie, ajoute Alain Juillet. Cela ne m'étonne pas que l'on taxe ThinkerView de conspirationnisme, car cet anathème tombe vite aujourd'hui pour qui sort de la pensée unique. Mais une autre perception se met en place chez un public qui ne veut plus se faire manipuler et préfère s'informer sans se limiter à une seule lorgnette ne proposant qu'une vision partielle et partiale. »
Alors on peut toujours aller chercher des poux à ThinkerView, trouver que son intervieweur a laissé dérouler certains discours sans les contredire, ou qu'il ferait parfois mieux de se taire, mais cette chaîne comble un vide médiatique en répondant à un besoin de connaissance. Sans œillères, et en incitant à remettre en question ce qui se dit à l'écran grâce à la plate-forme Captain Fact qui offre la possibilité de réfuter les affirmations d'un intervenant. Le succès de ThinkerView devrait plutôt interpeller notre profession, que Sky fustige tout en l'idéalisant, lui qui a interviewé Denis Robert, Paul Moreira ou Elise Lucet, en partisan de l'investigation. « Je respecte la vraie presse et ceux qui ont dédié leur vie à ce boulot comme à une passion, mais la majorité des journalistes est tenue en laisse ou affamée », déplore l'homme dans l'ombre. À la profession de démontrer sa capacité à produire une info débridée.
Lire aussi"Plus ils se débattent, plus ils s'enfoncent" : CopyComic répond aux humoristes qui se retournent contre lui

by Brice Perrier (Marianne) / 21 jours

Zero conso: Menu